La santé du Shih Tzu


Un chiot en bonne santé est gai, actif, a les yeux vifs, des gencives roses et aucun écoulement douteux (nez, yeux, oreilles, appareil génital et anus).


 

Si votre chiot vous paraît abattu, triste, précipitez vous sur le thermomètre et prenez la température rectale. Au delà de 39 °C, contactez votre vétérinaire.


 

Il est conseillé de bien noter ce qui pourrait paraître suspect: toux, respiration anormale, diarrhées, constipation, écoulements, difficultés de déglutissement, manque d'appétit jumelé avec une apathie, tremblements, abdomen dur ... Ces indices seront utiles à votre vétérinaire. Ceci est, bien sur, donné à titre indicatif, tout changement radical est à surveiller de toute façon.

En dehors de ces symptômes qui conduisent chez le vétérinaire, vôtre attention pour votre shih-tzu doit être quotidienne avec un examen plus approfondi, chaque semaine. Certains soins sont bisannuels (vermifuges) ou annuels (vaccins). 


Des soins annuels : les vaccins


  • Les affections

- La maladie de carré

C'est une maladie virale, de transmission directe, le plus souvent mortelle. Elle frappe le jeune chien qui présente des sécrétions nasales, occulaires, une forte toux et une grosse température. Apparaissent ensuite des symptômes nerveux, une paralysie et la mort.


 

- L'hépatite contagieuse ou maladie de Rubarth

C'est une maladie virale qui se transmet par contact des muqueuses de la peau. Le chien devient faible et perd l'appétit. Il a une forte fièvre, des diarrhées sanguinolantes et des vomissements.


 

- La leptospirose

C'est une maladie contagieuse transmise par l'urine (les rats sont un des vecteurs de la maladie). Elle est mortelle et s'exprime par des vomissements, des diarrhées, des conjonctivites, des hémorragies.


 

- La parvovirose

Maladie virale se rencontrant sur tous les chiens mais principalement sur des chiots et chiens âgés. Le chien devient amorphe, a des vomissements, des diarrhées sanguinolantes et se déshydrate. La morte peut survenir rapidement, certains chiens s'en sortent.

- La rage

C'est une maladie très dangereuse et contagieuse par morsure. Seule la vaccination en vient à bout.


Les soins bisannuels : les vermifuges


En fait, vermuger son chiot est, jusqu'à l'âge d'un an mensuel. Les vers font partie des hôtes indésirables pour nos amis quadrupèdes. Ils peuvent être très dangereux chez les chiots. On peut trouver des vers ronds, tels que les ascaris, les trichures et ankylostomes et les vers plats comme le ténia.

 Les vermifuges se présentent sous forme de pâtes orales ou de comprimés à faire avaler. Il est conseillé de changer de marque de vermifuges de temps en temps, demandez conseil à vôtre vétérinaire.

  • Quand vermifuger?

Chiots: tous les 15 jours à partir du 10ème jour, tous les mois à partir de 2 mois jusqu'à un an.

Adultes : deux fois par an (en général juste avant les vaccins ou au printemps et à l'automne.

Femelles gestantes : 15 jours avant et après la mise bas.


Les soins hebdomadaires


Chaque semaine viendra le moment du toilettage. Ce sra l'occasion de vérifier l'hygiène de votre chien. Ce ne sera jamais long et fastidieux, si vous habituez votre chiot à se laisser manipuler avec douceur dès son plus jeune âge. Pour que le chien soit à votre hauteur, mettez un tapis antidérapant sur la table de la cuisine par exemple et posez le sur la table.


 

  • Le soin des yeux

Le shih-tzu a des yeux à fleur de tête, qu'il faut nettoyer régulièrement (selon les sujets, d'une à deux fois par semaine). Utilisez de l'eau de bleuet ou un liquide identique et du coton.

  • Le soin des oreilles

Comme toute race à des oreilles tombantes, le shih-tzu peut avoir des problèmes d'oreilles. Si dans les races à oreilles dréssées, les problèmes sont moindres, c'est qu'il s'agit d'un problème de circulation d'air, il faut épiller les poils sortant du conduit auditif. Ce n'est pas plus douloureux que de s'épiler les sourcils ! vous pouvez utiliser vos doigts ou une pince à épiler, attention en ce cas à ne pas pincer la peau. Prenez les poils par toutes petites touffes (4-5 pas plus) et tirez d'un coup sec. Allez doucement au départ, n'enlevez que peu de poils pour la première fois.

Nettoyez ensuite le début du conduit avec un coton pour évacuer le cérumen. On peut mettre dans dans l'oreille un liquide nettoyant (ddemandez conseil à votre vétérinaire). Mais si tout va bien, ce n'est pas nécessaire. 


 

  • Le soin des dents

Du tartre se forme naturellement (certaines lignées y semblent plus sujettes que d'autres). Habituez votre chiot à se laisser frotter les dents avec un  morceau de citron ou du bicarbonate de soude. Des dentifrices pour chiens existent également.


 

  • Le soin des ongles

Souvent les ongles s'usent naturellement, mais chez un chien vivant en appartement ou un chien viellissant, vous devez les couper. Habituez donc votre chiot à se laisser vérifier les ongles. Vous n'aurez bien sur pas à couper chaque semaine. Utilisez une pince à guillotine, coupe-ongle spécialpour chien (vous le trouverez en animalerie), coupez de 1 à 2mm d'ongles blancs, on voit bien la limite entre l'ongle et le vaisseau sanguin. Ne coupez pas au ras du vaisseau. Sur les chiens à ongles noirs, coupez avec délicatesse; si par hasard, l'ongle saigne, ayez sous la main un hémostatique (du permanganate de potassium par exemple). Les chiens n'aiment pas particulièrement se faire couper les ongles et cherchent à retirer leurs pattes. Soyez à la fois ferme et persuasif avec douceur.

  • Le dessous des pattes

Il vous faudra veiller à couper les poils poussant entre les coussinets. Ce sera utile car, de petits cailloux, des herbes peuvent s'y coincer et à terme blesser le chien. Il existe de petits ciseaux ronds spéciaux très pratiques pour couper ces poils sans dangers (à acheter dans des magasins spécialisés ou en expositions).


Les parasites


Avec nos chiens à poils longs les parasites peuvent se réveler désastreux et anéantir le travail de toilettage de nombreux mois. C'est pour cela qu'il cela qu'il faut traquer les puces, tiques et aoûtats. 60% des gratouilles ont pour origines des parasites externes. Pour lutter contre ce fléau, vous avez le choix entre différents types d'arsenal : bombes, poudres, liquides à pulvériser, pipettes.


 

  • Les tiques, la piroplasmose

Soyez très vigilant avec les tiques car, dans certaines régions, ils véhiculent la piroplasmose, maladie dangereuse et mortelle pour le chien si elle n'est pas diagnostiquée à temps. Les symptômes sont une grande fatique, une forte fièvre d'apparition brutale, des urines foncées, des muqueuses pales.

Le diagnistic se réalise par la mise en évidence au microscope des parasites dans une gouttes de sang, par le vétérinaire.

Pour traiter la maladie, votre vétérinaire dispose de produits adaptés. Si le traitement est précoce, il y a de bonne chance de guérison. Le chien peut toutefois conserver des séquelles au niveau du foi ou des reins. Toutes les tiques ne sont pas porteuse du parasite. Lorsqu'une tique est contaminée, elle peut transmettre au chien les parasites lors de son repas de sang. Il faut toutefois noter que ce passage ne s'effectuer qu'au bout de 2 à 3 jours. Dans cet intervalle de temps, la tique est détruite, il n'y a pas de risque de maladie.


 

  • Les puces, les allergies

Certains chiens peuvent développer une allergie à la bave de puces, raison pour laquelle il faut être sans pitié pour ces animaux : des chiens peuvent se gratter, se mordiller jusqu'au sang à cause de cette allergie. Une visite chez le vétérinaire s'impose alors. Lorsque vous traitez le poil du chien, pensez également à traiter  la maison, les puces passant plus de temps dans les moquettes et sur les tapis que sur votre chien.

  • Les aoûtats

Les aoûtats sont les larves d'un petit acarien. La forme adulte vit sur les végétaux dans les prairies et les jardins. Les oeufs pondus dans le sol éclosent et se nourrissent de la peau et de la lymphe de leur hôte. Les larves parasitent de nombreux mammifères dont le chien, principalement aux mois de juillet, août et septembre. Les aoûtats se logent sur la tête, le cou, les aisselles, le ventre, les oreilles ou entre les doigts. A l'oeil nu ils ont l'apparence de minuscules grains rouges-orangés. Leurs piqures provoquent une irritation locale et de violentes démangeaisons.